• les échos de l'atelier:

    les échos de notre module

    "Peinture Primitive Flamande"

      

     

    IMG_20141204_140930.jpgau sujet du support:

     

    le MDF en 3 mm est trop fin (mais léger) et gondole assez fort, je vous conseille cette démarche:

    2 couches de colle nature recto

    1 couche de colle nature verso

    placer des poids 1 nuit sur le panneau

    ensuite envisagez de placer vos bois de renforts avec une traverse au centre

    et vous pourrez placer vos 4 ou 5 couches de gesso sans aucun problème.

    Une planche de MDF plus épaisse est idéale, mais plus lourde.

     

    IMG_20150105_184309.jpgau sujet des fissures et craquelures,

    les problèmes sont dûs à:

    - bien enduire le panneaux de 2 couches de colle de peau nature.

    - séchage trop rapide, trop de chaleur, ne pas placer trop proche d'un poêle= fissures assurées

    - forcer à redresser un panneau enduit de plusieurs couches de gesso = la colle se brise, craquelures sur l'ensemble du panneau, suivez le conseil repris ci-dessus.

    IMG_20150115_194431.jpg

    on s'affaire à l'atelier: placer les enduits

     

    IMG_20150115_121732.jpg

     

    IMG_20150128_194502.jpgau sujet du dessin:

    - le fusain est facile pour l'esquisse mais on ne sait pas le recouvrir de verdaccio à la tempera, l'œuf se sali du noir du fusain (pas avec le crayon). L'an passé vous avez pu constater que l'emploi de certains fixatifs pour fusain ne fonctionnait pas avec les couches de tempera, en effet certain fixatifs sont trop plastifiant, à éviter.

    -le crayon ou mine de plomb est idéal pour recouvrir le dessin du verdaccio à l'œuf.

    - la tempera emprisonne idéalement un dessin poussé loin dans les détails.

    Illustration: Pierre et l'homme au turban, crayon graffite

     

    IMG_20150124_122216.jpg

    - un dessin sommaire peut se recouvrir de votre verdaccio à l' huile+ medium n°1(maigre)

    - si vous désirez effectuer un dessin au fusain, fixez-le au fixatif fusain et placez votre vedaccio à l'huile; tube d'huile + flacon n°1 de médium.

    Illustration: Anne et ses recherches de textures dans le gesso

     

    IMG_20150128_194405.jpgau sujet du verdaccio:

    - le verdaccio à la tempera s'utilise idéalement avec des couleurs en PIGMENTS si vous employez vos tubes d'huile + œuf =le séchage sera très lent.

    -jouez le jeu: le verdaccio est "verdasse", idéalement vert olive, pensez à donner des effets d'ombre et lumière avec des vert différents.

    - le verdaccio à la tempera se recouvre de votre huile + médium n°2, puisque le travail du premier est poussé assez loin.

    Illustration: Françoise: œuf + pigments de verts différents.

     

    Un verdaccio peut également se travailler directement sans dessin au préalable, pensez à vos exercices précédents: au brou de noix, ou lors de vos méduses: technique d'effacement à la lingette démaquillante, un petit trait ou deux au crayon, ensuite placez le verdaccio partout, et effacez les endroits où la lumière sera plus intense.

    IMG_20150128_194427.jpg

     illustration: Marie-Claire et son drapé travaillé directement dans le verdaccio

     

    IMG_20150127_174125.jpgau sujet de l'imprégnation:

    afin de reprendre le travail dans le frais, placez une couche de peinture à l'huile diluée avec votre flacon n°2 sur l'ensemble pour commencer le travail: l'imprégnation. Idéalement une teinte qui lie parfaitement tout: le rouge oxyde transparent de chez Rembrandt ou Van Gogh.

    L'imprégnation peut être faite d'une toute autre couleur mais toujours transparente: bleu outremer- jaune indien- gris de Payne- violet.

    IMG_20150127_174236.jpg

    Tout ceci dépend de la dominante du projet...Attention qu'une imprégnation au gris de Payne ou bleu de Prusse= aspect très mélancolique, à vous de voir!

    L'imprégnation peut se refaire à chaque reprise du tableau, avec le médium (flacon n°?) de l'étape du travail, en plaçant une teinte adéquate.

     illustration: Léon et son verdaccio impregné de rouge oxyde transparent  suivi d'Anne B. et sa composition aux lunettes

    IMG_20150124_120501.jpg

    Illustration: Anne L. travaillant sur l'imprégnation,  aux côtés du tableau de Martine déjà imprégné. 

    Bravo pour votre engagement dans ce module, vous en avez du courage!!! hihihihi

    Laurence

     à vos agendas:

     

    vos créations au monotype, minéraux, livres, recherches "Guy Jaspar" et peintures flamandes seront présentés:

     

    Au centre culturel de Ciney 

    “archive de rêve”

    (uniquement dessin et peinture) :

     

    du 21 mars au 04 avril 2015

     

    •    vernissage le vendredi 20 mars
    •    montage du lundi 16 au jeudi 19 mars (horaires de montage à définir prochainement)

     

     

     

     

     

    0 commentaire
  • on prévoit le coup...

    Le lundi 02 février

     

    IMG_20150121_201814.jpg

    le réchaud de colle de peau sera présent dans l'atelier pour se cuire des crêpes!!!

     

    crêpes à la colle de peau,

    crêpes aux œufs,

    crêpes au vernis dammar,

    crêpes au verdaccio,

    crêpes au sansodor,

    et crêpes à l'huile....hahahaha!

     

     chacun apporte un p'tit quelque chose, des œufs,  farine, sucre vanillé, huile tournesol, beurre, sel, poêle, plat fouet, louche, ...cidre, serviettes, assiette, sucre, cassonade, confiture, etc...

    pour se mettre d'accord une liste vous est proposée en lien ci-dessous:

     

    http://doodle.com/zdbatiava9u5w289#table

     

     

     

     

    0 commentaire
  • Recette du vernis Dammar

    La résine dammar?

    est une résine naturelle utilisée en peinture pour fabriquer des vernis et des médiums à peindre dits 'maigres'.

    Le vernis dammar est ajouté à notre jaune d'œuf: il le consolide.

     
    Résine dammar

    Elle est sécrétée par un type d'arbre caractéristique des îles indonésiennes.

    Proche de la résine mastic, elle est apparue au XIXe siècle afin de répondre à la pénurie de la première. D'apparence jaune pâle, elle donne des vernis et médiums très clairs, particulièrement appréciés par les peintres. Comme toutes les résines naturelles, elle a toutefois tendance à jaunir et craqueler avec le temps, surtout si elle est laissée à l'ombre.

    Recette: fabriquer son vernis

    Broyer 30g de résine (enfermer les morceaux dans un chiffon et tapoter avec un marteau). Placer ensuite la poudre dans un bas nylon usagé ou gaze en coton, bien ficeler. Les mettre dans un bocal. Ajouter 10 cl litre de Sansodor ou terpène d'orange. Laisser la résine se dissoudre dans l’essence pendant 1 semaine. Adaptez les quantités de la recette à votre utilisation. Pendant la dissolution, bien fermer le pot avec son couvercle (évitez l'évaporation!)

     

    Retirer le bas nylon ou la gaze – il est possible que quelques morceaux durs et insolubles soient restés à l’intérieur.

    Où trouver de la gomme Dammar ?


    Dans les commerces de Beaux-Arts, chez les vendeurs de matériaux écologiques, dans les magasins de produits bio.

    A la place de l’essence de térébenthine, on peut utiliser de l’essence d’écorces d’agrumes ou terpène d'orange. C’est une huile essentielle obtenue par pression et distillation des écorces d’oranges, qui dilue les huiles et les résines.

    On trouve de la gomme dammar et le terpène d'orange à la droguerie du Lion à Bruxelles.

    Bon travail!

     

    0 commentaire
  • une invitation à ne pas manquer!!!

     

    Invitation à la découverte de  l’exposition 
     
    « Peinture partagée »
     
    une collection d’art wallon abstrait à la Maison de la culture de Namur
     
     
    L’exposition met en lumière la passion d’un couple de collectionneurs namurois. La collection s’élabore depuis les années 90 avec comme fil rouge celui de l’abstraction en Wallonie.
     
    Joseph Lacasse, Pol Bury, Raoul Ubac, Jo Delahaut, Marcel Lempereur-Haut… 
     
    Mais aussi Henri Michaux et ses dessins mescaliniens.

    21bellepage2012-Bea-01804.jpg

    ci-dessus: Joseph Lacasse, huile sur toile 1957-58

    Mig Quinet, Françoise Holley- Trasenster ou Gaston Bertrand, etc. 
    La collection se fait aussi plus contemporaine, avec Jacques-Louis Nyst, Jean-Pierre Ransonnet,  Léon Wuidar, Christian Rolet, …
     
    Catalogue : textes de Roger Pierre Turine, critique à La Libre Belgique et Denis Laoureux, historien de l’art.
     

    22peinturepart2014-Bea-3643.jpg

     
    ci-dessus: Hauror, techniques mixtes sur toiles, 1950-55
     
    Rendez-vous:
     
    le samedi 7 février à 14 heures
     
    dans le hall de la Maison de la Culture de Namur pour une
    visite guidée gratuite (pas d’inscription préalable)
     
    Invitation à tous!
    de la part de
    Marie-Claire Toussaint
     
    contacts:
     
     l'exposition
     
     "PEINTURE PARTAGEE"
     jusqu'au 8/02/2015

    Maison de la culture de Namur

    Avenue Golenvaux, 14 / B-5000 Namur / Belgique / 081 - 77 67 73 /

    e-mail : arts.plastiques@province.namur.be

     

     

     

     

     

     

    0 commentaire
  • au programme:

     les esquisses

    et

    l'ombre en verdaccio vont s'installer à l'atelier...

     

    IMG_20150117_142114.jpg

     

     

    si votre technique est à la tempera:

    Emportez vos pigments:

    -  ocre

    - bleu outremer

    - vert olive

    - oxyde rouge

     

    1 ou 2 œufs

    plat/fouet/3 pot/vinaigre/ essence girofle ou lavande

    et vernis Dammar

    pinceaux poils oranges

     

    IMG_20150117_142051.jpg

    si votre technique est à l'huile:

     

    vos flacons de médium

    tubes de peinture à huile

    huile + sansodor+ vernis dammar

     

    IMG_20150116_170620.jpg

    dessin au crayon graffite sur panneau enduit de colle de peaux

    verdalo.jpg

     Verdaccio placé avec des tonalités différentes sur l'ensemble du tableau

    verdacciolo01.jpg

    et l'effacer aux endroits de lumière.

     

    L'esquisse et le verdaccio

    verdaccio.jpg

     

    L'ébauche était faite à la tempéra à l’œuf. C’est-à-dire que la première couche de peinture se faisait avec une peinture ayant l’œuf comme liant. Mais cela jusqu’au XVe siècle car avec l’arrivée de la peinture à l’huile l’ébauche était exécuté par un vernis léger mélangé avec de l’essence. La manière de procéder était toujours la même, en grisaille dégradé, sans rajout de blanc car ils l’obtenaient par transparence du fond. Comme à l’aquarelle. Le ton de base de cette grisaille s’appelle le Verdaccio, mélange d’ocre jaune, noir, brun Vandijk et terre verte. Parfois à la place de la terre verte, on trouve de l’ocre rouge. La terre verte était utilisée comme ombre pour les chairs. L’esquisse était légère mais aussi précise que possible. Le peintre partait du fond du sujet (paysage, architecture, vêtement) en terminant par les chairs (visages, mains). De de fait, on termine toujours par les détails les plus importants.

     

    Le verdaccio, grisaille verdâtre supporte les tons chairs avec délicatesse.

    Voici un travail contemporain autour de cette technique:

    techstep_beccasun06img.jpg

    verdaccio01.jpg

    Hyperréalisme à la manière des anciens:

    en un CLIC

     

     

    Etape suivante:

    Lorsque cette grisaille ou ce verdaccio sont bien secs, l’exécution en couleur peut se faire.

    0 commentaire
  • Vivre une technique, échanger et rencontrer

     L'académie des Beaux-arts de NAMUR vous propose  pour la 3ème année

    LES SEMAINES DE TRANSVERSALITE


    du 09 février au 04 avril 2015

    aaaaaa.jpg


    Durant 4 semaines, avec  "LE CARRE" comme fil conducteur, aborder d'autres disciplines que d'habitude, dans d'autres ateliers, avec d'autres professeurs.

    bbbbbbbbbbbbbbb.jpg



    Vous êtes intéressé ?  Renseignez-vous auprès de votre professeur ou au secrétariat.

    Attention ! Les inscriptions sont limitées.

    cccccccccccccc.jpg



    Le secrétariat de Namur:

    tel: 081/25.51.58

    0 commentaire
  • Mise en place de vos compositions

    L'esquisse et le verdaccio

    verdaccio.jpg

     

    L'ébauche était faite à la tempéra à l’œuf. C’est-à-dire que la première couche de peinture se faisait avec une peinture ayant l’œuf comme liant. Mais cela jusqu’au XVe siècle car avec l’arrivée de la peinture à l’huile l’ébauche était exécuté par un vernis léger mélangé avec de l’essence. La manière de procéder était toujours la même, en grisaille dégradé, sans rajout de blanc car ils l’obtenaient par transparence du fond. Comme à l’aquarelle. Le ton de base de cette grisaille s’appelle le Verdaccio, mélange d’ocre jaune, noir, brun Vandijk et terre verte. Parfois à la place de la terre verte, on trouve de l’ocre rouge. La terre verte était utilisée comme ombre pour les chairs. L’esquisse était légère mais aussi précise que possible. Le peintre partait du fond du sujet (paysage, architecture, vêtement) en terminant par les chairs (visages, mains). De de fait, on termine toujours par les détails les plus importants.

     

    Le verdaccio, grisaille verdâtre supporte les tons chairs avec délicatesse.

    Voici un travail contemporain autour de cette technique:

    techstep_beccasun06img.jpg

    verdaccio01.jpg

     

     

    Etape suivante:

    Lorsque cette grisaille ou ce verdaccio sont bien secs, l’exécution en couleur peut se faire.

    0 commentaire
  • les bons gestes à l'atelier:

     

    Premier geste à l'atelier: l'encollage

    La première étape indispensable est : L’encollage! Il uniformise le support, permet une bonne accroche des couches suivantes (enduit ou peinture) et sert d’enveloppe hermétique contre les attaques extérieures (l’humidité, les bactéries, la déformation naturelle et donc empêche les craquelures, les moisissures, etc…) Et ceci est valable pour une très grande majorité des supports (panneau de bois, toile, carton, papier marouflé,etc…)

    IMG_20150105_184259.jpg

    Ci-sessus, le duo de choc, Brigitte et Myriam se partage la colle de peau...

     

    dynamique primitive: 2 couches de colle de peaux application délicate et lisse

    dynamique "labo de Guy Jaspar": 2 couches de colle de peaux+ marouflage de bandes gaz, papier, coton,sable fin sans sel,...

     

    Deuxième geste: l'application de l'enduit

    La 2eme étape importante : L’enduit! L’enduit est appliqué sur l’encollage sec. Il est couvrant et permet d’uniformiser la surface à peindre. Le liant utilisé pour l’enduction colle de peau + craie, ou craie et pigments. Selon l’effet recherché, il est possible de lui créer un effet de texture par exemple (labo Guy Jaspar).

    IMG_20150107_201142.jpg

    Ci-dessus,  Daniel applique très délicatement la deuxième couche de l'enduit.

     

    dynamique primitive: application de plusieurs couches d'enduit, minimum 4, si vous êtes satisfait de votre enduit cela s'arrête, si vous désirez un enduit encore plus blanc et plus lisse, appliquez 4 couches supplémentaires en ponçant légèrement entre les 4 dernières couches.

    guy jaspar01.png

    dynamique "labo de Guy Jaspar":

    -placez votre enduit avec des outils différents: rouleau, spatule, pinceau rude...

    -manipulez-le: peigne, écriture, empreintes

    -chargez-le: sable (sans sel), craie, poudre de marbre, sciure de bois fine... colle+charge dans un petit pot.

    L'enduit s'appliquera au maximum en 4 couches

     

     

    IMG_20150106_163334.jpg

    ci-dessus, les bacs à glace remplis de colle de peau préparées par Jeannine pour l'atelier!

     

    IMG_20150105_184309.jpg

     

    Voilà déjà une belle étape de passée, bravo pour votre dynamisme!

    La suite: l'esquisse et le verdaccio...

    Laurence

     

    0 commentaire
  • à ne pas manquer!

    Projection unique du film "National Gallery"

    Le nouveau documentaire de Frederick Wiseman, présenté à la Quinzaine des réalisateurs, est une exploration de la National Gallery de Londres. Plus qu’une magnifique visite au musée, un cri d’amour pour les arts plastiques et ceux qui assurent la permanence de leur rayonnement auprès d’un large public.

     

    mercredi 14 janvier 19:00 Maison de la Culture de Namur

    nationalAA.jpg

    National Gallery s'immerge dans le musée londonien et propose un voyage au cœur de cette institution peuplée de chefs d'œuvre de la peinture occidentale du Moyen-âge au XIXe siècle. C’est le portrait d'un lieu, de son fonctionnement, de son rapport au monde, de ses agents, son public, et ses tableaux. Dans un perpétuel et vertigineux jeu de miroirs, le cinéma regarde la peinture, et la peinture regarde le cinéma.

    voir la bande annonce du film:

    CLIC

    0 commentaire
  • La colle de peau s'invite à l'atelier!

    Dès la rentrée, à l'atelier, nous allons renouer avec le métier de peintre " primitif flamand"

    voici un résumé pour ceux qui n'ont pas eu la chance de découvrir et pratiquer la technique d'enduit.

    colle-de-lapin-255.jpg

     

    Colle de peau de lapin en plaques ou en grains.

     

    La colle de lapin est utilisée depuis longtemps dans de nombreux domaines.

    Additionnée d'eau, de blanc de meudon, ou de pigments pour fabriquer de la peinture ou des enduits colorés.

    Sa grande souplesse permet aussi son utilisation pour enduire des toiles. Pour "marouffler " papiers, tissus, toiles...

     

    Colle%20de%20Peau%20de%20Lapin%20en%20Plaques2.jpgL'aspect des colles de peaux: poudre, flocon, granulé, plaque

    ici, concassez la colle en plaque en petit morceaux, placez dans un bocal Pyrex.

     

    En grains ou en plaques ?

     

    Certains préfèrent les grains car il est plus facile de mesurer leur poids et de les réduire en poudre. Par contre, quelques auteurs affirment que les plaques sont plus pures, à vérifier!

     

     

     

     

    61276090_p.jpgrecette

    Faire tremper 100gr de colle de peau de lapin dans 1 litre d'eau la veille.

    Faire chauffer la colle+eau dans un pot Pyrex, au bain-marie, en tournant régulièrement.

    NE PAS FAIRE BOUILLIR LA COLLE

    Appliquez une ou deux couches de colle pour la première étape: l'encollage. Séparons ainsi le bois du reste de la couche picturale, collons également de la fine toile, papier, textures fines: sable fin, sciure de bois.

     

     

     

     

     

    image.jpgRéchauffement

    La colle se réchauffe au bain-marie, bien mélanger régulièrement afin d'éviter la formation d'une peau à la surface. Donc à feu doux, et avec un œil dessus...

     

    La colle de peau refroidie, devenue "gel" se conserve 4 ou 5 jour au frigo.

     

    Rappel : la température de liquéfaction de la colle de peau est ≥ 37°C.

     

     

     

     

    imagesCAR0BRJZ.jpgLa colle s'applique à chaud (elle se gélifie en refroidissant) . Il vaut mieux éviter de la réchauffer trop souvent: le truc, une fois qu'elle est préparée et encore chaude, est de la répartir dans plusieurs petites bouteilles en verre (type bouteille de jus de fruits); on ne réchauffera ainsi qu'une petite quantité à la fois.

    Le mieux est d'avoir un chauffe-biberon, dans lequel on fera réchauffer cette petite bouteille (s'assurer qu'elle a la bonne taille).

    colle-de-lapinou-003.jpg

    Une estimation du nombre de supports enduits avec 1 l de colle +/- 4 m2

     

    Préparation du "gesso"

     

     

     

    platreamorphe_clairefressynet.JPGQu'est-ce que le "gesso"?= primer

    Les anciens gessos


    Gesso, dans plusieurs langues européennes, signifie plâtre. Le plâtre amorphe, les marnes (blancs naturels -  blanc de Meudon) et craies mêlés à des colles (colle de peau, tempera, caséine) ont servi longtemps comme apprêts blancs ou comme badigeons, tant en peinture artistique que décorative, en dorure et en ébénisterie.

    pinceau-colle-de-peau-e1331889774625.jpgL'étape suivante, c'est la pose de la PRÉPARATION. Elle permet une meilleure accroche de la peinture, mais aussi d'avoir une surface plus ou moins lisse (et quand on aime les détails, c'est beaucoup plus confortable de travailler sur une surface très lisse). Fabriquer soi-même sa "préparation maigre" permet le ponçage, impossible avec les préparations toutes prêtes vendues dans le commerce, appelées "gesso".

     

    Et l'ingrédient de base dans ces deux étapes, c'est LA COLLE DE PEAU.

    Appliquez le mélange à l'aide d'un pinceau poils doux, splater ou couteau de peintre. Fine couche.Poncez entre les couche si vous désirez obtenir un surface lisse.

    blancdemeudonversionweb.jpgPlacer dans 1 litre de colle (100gr colle+1l d'eau) 400 gr de blanc de Meudon= fond blanc cassé. Bien mélanger la substance, si nécessaire filtrez afin d'en retirer d'éventuels grumeaux...

    Utiliser des pinceaux souples si vous désirez une surface bien lisse, ou poncer entre les couches sèches.

    Ci- contre le blanc de Meudon, craie finement broyée.

     

     

    pigmentsblancs2versionweb.jpgPlacer dans 1 litre de colle (100gr colle+1l d'eau) 300 gr de blanc de Meudon+100gr de blanc de Lithopone= fond bien blanc.

     

    Gessos contemporains :Meudon+Lithopone

     

     

     Application_enduit.jpgAppliquez le mélange à l'aide d'un pinceau poils doux, splater ou couteau de peintre. Fines couches.Bien attendre que les applications soient sèches avant d'en superposer d'autres.

     

     

     

    Poncage_papier.jpgPoncez entre les couches si vous désirez obtenir un surface lisse. Placez 3 ou 4 couches, certains en place bien plus mais ça devient du vice!

     

    Votre support est encollé, et enduit, il ne lui reste plus qu'à être peint:

    - à la Tempera

    -à l'huile

    - à l'encaustique et patine de cire+ pigments

    Car si ce support est prpéparé de manière traditionnelle et naturelle, autant travailler avec les techniques qui le sont aussi, on ne va pas peindre à l'acrylique sur autant de préparation!

    50P46.gif

    0 commentaire
  • Les Primitifs flamands

     

    oeil.jpg

    Primitif flamand est un terme apparu au XIXe siècle pour désigner les peintres actifs dans les anciens Pays-Bas méridionaux (comprenant également la Wallonie) aux XVe siècle et XVIe siècle, dans les villes florissantes de Tournai, Bruxelles, Bruges, Gand et Anvers, bénéficiant de la prospérité du duché de Bourgogne. Le nom de "Primitifs Flamands" est associé à une rétrospective de peintures réalisées dans les 17 provinces au cours des XV et XVIème siècles.

    imagesWAYU2ZQ7.jpg

     

    Cette période d'intense activité artistique débute approximativement avec les carrières de Robert Campin (Tournai) et de Jan Van Eyck et se poursuit au moins jusqu'à la mort de Gerard David en 1523. La fin de cette période ne fait pas l'unanimité parmi les historiens de l'art : beaucoup considèrent qu'elle dure jusqu'à la mort de Pieter Brueghel l'Ancien en 1569, ou même jusqu'à la Révolte des gueux en 1566 ou 1568, ou encore jusqu'au début du XVIIe siècle. Cette période correspond à celle de la Renaissance italienne, mais elle est vue comme une culture artistique indépendante de l'humanisme qui caractérise les développements dans le centre de l'Italie.

    101726_1367830646_photo7_559x420p.jpg

     

    L'art des primitifs flamands correspond à la fois à l'aboutissement de l'héritage artistique médiéval du nord de l'Europe et à une évolution vers une acceptation de l'idéal développé à la Renaissance. C'est pourquoi il est à la fois catégorisé dans la peinture de la Renaissance et dans le style gothique international.

    imagesKD82A79W.jpgLes plus célèbres d'entre eux étaient Jan Van Eyck, Hans Memling et Gérard David (Bruges), Rogier Van der Weyden (Roger de la Pasture) et Robert Campin (Tournai), Dieric Bouts (Louvain), Juste de Gand (Urbino), Hugo Van der Goes (Gand), Jérôme Bosch (Bois-le-Duc) et Pieter Brueghel l'Ancien (Anvers et Bruxelles). Ces artistes ont réalisé d'importantes avancées dans la représentation de la nature et dans l'illusionnisme de la représentation. Leurs œuvres présentent souvent une iconographie complexe. Les sujets traités sont soit des scènes religieuses ou des portraits, ainsi que plus rarement des peintures narratives et des sujets mythologiques. Les œuvres de cette période sont le plus souvent peintes sur bois, soit sur un panneau unique, soit sur plusieurs panneaux composant un retable plus complexe : un triptyque ou un polyptyque.

     

     

     

    L'essor de cette école est lié à l'influence des ducs de Bourgogne en Europe. Les Pays-Bas méridionaux deviennent un centre politique et économique important, reconnus pour leurs produits de luxe. Les peintures des primitifs flamands ont souvent été exportées en Allemagne et en Italie par les marchands et les banquiers. Les peintres ont développé des ateliers pour répondre à une demande toujours plus grande. Ils produisaient aussi bien pour des commandes de particuliers que pour le marché libre.

     

    Frere-Jean-Claude-Primitifs-Flamands-Livre-897142500_ML.jpg

     

     

    Découvrez ce site unique:détails et qualité d'images du retable

    "l'agneau mystique", de VanEyck:

    en un CLIC

     

    http://closertovaneyck.kikirpa.be/#home/sub=VIS

     

     
     
    0 commentaire