30/01/2015

les échos de l'atelier:

les échos de notre module

"Peinture Primitive Flamande"

  

 

IMG_20141204_140930.jpgau sujet du support:

 

le MDF en 3 mm est trop fin (mais léger) et gondole assez fort, je vous conseille cette démarche:

2 couches de colle nature recto

1 couche de colle nature verso

placer des poids 1 nuit sur le panneau

ensuite envisagez de placer vos bois de renforts avec une traverse au centre

et vous pourrez placer vos 4 ou 5 couches de gesso sans aucun problème.

Une planche de MDF plus épaisse est idéale, mais plus lourde.

 

IMG_20150105_184309.jpgau sujet des fissures et craquelures,

les problèmes sont dûs à:

- bien enduire le panneaux de 2 couches de colle de peau nature.

- séchage trop rapide, trop de chaleur, ne pas placer trop proche d'un poêle= fissures assurées

- forcer à redresser un panneau enduit de plusieurs couches de gesso = la colle se brise, craquelures sur l'ensemble du panneau, suivez le conseil repris ci-dessus.

IMG_20150115_194431.jpg

on s'affaire à l'atelier: placer les enduits

 

IMG_20150115_121732.jpg

 

IMG_20150128_194502.jpgau sujet du dessin:

- le fusain est facile pour l'esquisse mais on ne sait pas le recouvrir de verdaccio à la tempera, l'œuf se sali du noir du fusain (pas avec le crayon). L'an passé vous avez pu constater que l'emploi de certains fixatifs pour fusain ne fonctionnait pas avec les couches de tempera, en effet certain fixatifs sont trop plastifiant, à éviter.

-le crayon ou mine de plomb est idéal pour recouvrir le dessin du verdaccio à l'œuf.

- la tempera emprisonne idéalement un dessin poussé loin dans les détails.

Illustration: Pierre et l'homme au turban, crayon graffite

 

IMG_20150124_122216.jpg

- un dessin sommaire peut se recouvrir de votre verdaccio à l' huile+ medium n°1(maigre)

- si vous désirez effectuer un dessin au fusain, fixez-le au fixatif fusain et placez votre vedaccio à l'huile; tube d'huile + flacon n°1 de médium.

Illustration: Anne et ses recherches de textures dans le gesso

 

IMG_20150128_194405.jpgau sujet du verdaccio:

- le verdaccio à la tempera s'utilise idéalement avec des couleurs en PIGMENTS si vous employez vos tubes d'huile + œuf =le séchage sera très lent.

-jouez le jeu: le verdaccio est "verdasse", idéalement vert olive, pensez à donner des effets d'ombre et lumière avec des vert différents.

- le verdaccio à la tempera se recouvre de votre huile + médium n°2, puisque le travail du premier est poussé assez loin.

Illustration: Françoise: œuf + pigments de verts différents.

 

Un verdaccio peut également se travailler directement sans dessin au préalable, pensez à vos exercices précédents: au brou de noix, ou lors de vos méduses: technique d'effacement à la lingette démaquillante, un petit trait ou deux au crayon, ensuite placez le verdaccio partout, et effacez les endroits où la lumière sera plus intense.

IMG_20150128_194427.jpg

 illustration: Marie-Claire et son drapé travaillé directement dans le verdaccio

 

IMG_20150127_174125.jpgau sujet de l'imprégnation:

afin de reprendre le travail dans le frais, placez une couche de peinture à l'huile diluée avec votre flacon n°2 sur l'ensemble pour commencer le travail: l'imprégnation. Idéalement une teinte qui lie parfaitement tout: le rouge oxyde transparent de chez Rembrandt ou Van Gogh.

L'imprégnation peut être faite d'une toute autre couleur mais toujours transparente: bleu outremer- jaune indien- gris de Payne- violet.

IMG_20150127_174236.jpg

Tout ceci dépend de la dominante du projet...Attention qu'une imprégnation au gris de Payne ou bleu de Prusse= aspect très mélancolique, à vous de voir!

L'imprégnation peut se refaire à chaque reprise du tableau, avec le médium (flacon n°?) de l'étape du travail, en plaçant une teinte adéquate.

 illustration: Léon et son verdaccio impregné de rouge oxyde transparent  suivi d'Anne B. et sa composition aux lunettes

IMG_20150124_120501.jpg

Illustration: Anne L. travaillant sur l'imprégnation,  aux côtés du tableau de Martine déjà imprégné. 

Bravo pour votre engagement dans ce module, vous en avez du courage!!! hihihihi

Laurence

 à vos agendas:

 

vos créations au monotype, minéraux, livres, recherches "Guy Jaspar" et peintures flamandes seront présentés:

 

Au centre culturel de Ciney 

“archive de rêve”

(uniquement dessin et peinture) :

 

du 21 mars au 04 avril 2015

 

  •    vernissage le vendredi 20 mars
  •    montage du lundi 16 au jeudi 19 mars (horaires de montage à définir prochainement)

 

 

 

 

 

12:33 Écrit par L'atelier Peinture | Lien permanent |  Facebook |

on prévoit le coup...

Le lundi 02 février

 

IMG_20150121_201814.jpg

le réchaud de colle de peau sera présent dans l'atelier pour se cuire des crêpes!!!

 

crêpes à la colle de peau,

crêpes aux œufs,

crêpes au vernis dammar,

crêpes au verdaccio,

crêpes au sansodor,

et crêpes à l'huile....hahahaha!

 

 chacun apporte un p'tit quelque chose, des œufs,  farine, sucre vanillé, huile tournesol, beurre, sel, poêle, plat fouet, louche, ...cidre, serviettes, assiette, sucre, cassonade, confiture, etc...

pour se mettre d'accord une liste vous est proposée en lien ci-dessous:

 

http://doodle.com/zdbatiava9u5w289#table

 

 

 

 

10:36 Écrit par L'atelier Peinture | Lien permanent |  Facebook |

26/01/2015

Recette du vernis Dammar

La résine dammar?

est une résine naturelle utilisée en peinture pour fabriquer des vernis et des médiums à peindre dits 'maigres'.

Le vernis dammar est ajouté à notre jaune d'œuf: il le consolide.

 
Résine dammar

Elle est sécrétée par un type d'arbre caractéristique des îles indonésiennes.

Proche de la résine mastic, elle est apparue au XIXe siècle afin de répondre à la pénurie de la première. D'apparence jaune pâle, elle donne des vernis et médiums très clairs, particulièrement appréciés par les peintres. Comme toutes les résines naturelles, elle a toutefois tendance à jaunir et craqueler avec le temps, surtout si elle est laissée à l'ombre.

Recette: fabriquer son vernis

Broyer 30g de résine (enfermer les morceaux dans un chiffon et tapoter avec un marteau). Placer ensuite la poudre dans un bas nylon usagé ou gaze en coton, bien ficeler. Les mettre dans un bocal. Ajouter 10 cl litre de Sansodor ou terpène d'orange. Laisser la résine se dissoudre dans l’essence pendant 1 semaine. Adaptez les quantités de la recette à votre utilisation. Pendant la dissolution, bien fermer le pot avec son couvercle (évitez l'évaporation!)

sans-titre.png

 

sans-titreshema.png

Retirer le bas nylon ou la gaze – il est possible que quelques morceaux durs et insolubles soient restés à l’intérieur.

Où trouver de la gomme Dammar ?


Dans les commerces de Beaux-Arts, chez les vendeurs de matériaux écologiques, dans les magasins de produits bio.

A la place de l’essence de térébenthine, on peut utiliser de l’essence d’écorces d’agrumes ou terpène d'orange. C’est une huile essentielle obtenue par pression et distillation des écorces d’oranges, qui dilue les huiles et les résines.

On trouve de la gomme dammar et le terpène d'orange à la droguerie du Lion à Bruxelles.

Bon travail!

vernis-dammar.jpg

15:32 Écrit par L'atelier Peinture | Lien permanent |  Facebook |

21/01/2015

une invitation à ne pas manquer!!!

 

Invitation à la découverte de  l’exposition 
 
« Peinture partagée »
 
une collection d’art wallon abstrait à la Maison de la culture de Namur
 
 
L’exposition met en lumière la passion d’un couple de collectionneurs namurois. La collection s’élabore depuis les années 90 avec comme fil rouge celui de l’abstraction en Wallonie.
 
Joseph Lacasse, Pol Bury, Raoul Ubac, Jo Delahaut, Marcel Lempereur-Haut… 
 
Mais aussi Henri Michaux et ses dessins mescaliniens.

21bellepage2012-Bea-01804.jpg

ci-dessus: Joseph Lacasse, huile sur toile 1957-58

Mig Quinet, Françoise Holley- Trasenster ou Gaston Bertrand, etc. 
La collection se fait aussi plus contemporaine, avec Jacques-Louis Nyst, Jean-Pierre Ransonnet,  Léon Wuidar, Christian Rolet, …
 
Catalogue : textes de Roger Pierre Turine, critique à La Libre Belgique et Denis Laoureux, historien de l’art.
 

22peinturepart2014-Bea-3643.jpg

 
ci-dessus: Hauror, techniques mixtes sur toiles, 1950-55
 
Rendez-vous:
 
le samedi 7 février à 14 heures
 
dans le hall de la Maison de la Culture de Namur pour une
visite guidée gratuite (pas d’inscription préalable)
 
Invitation à tous!
de la part de
Marie-Claire Toussaint
 
contacts:
 
 l'exposition
 
 "PEINTURE PARTAGEE"
 jusqu'au 8/02/2015

Maison de la culture de Namur

Avenue Golenvaux, 14 / B-5000 Namur / Belgique / 081 - 77 67 73 /

e-mail : arts.plastiques@province.namur.be

 

 

 

 

 

 

10:18 Écrit par L'atelier Peinture | Lien permanent |  Facebook |

19/01/2015

au programme:

 les esquisses

et

l'ombre en verdaccio vont s'installer à l'atelier...

 

IMG_20150117_142114.jpg

 

 

si votre technique est à la tempera:

Emportez vos pigments:

-  ocre

- bleu outremer

- vert olive

- oxyde rouge

 

1 ou 2 œufs

plat/fouet/3 pot/vinaigre/ essence girofle ou lavande

et vernis Dammar

pinceaux poils oranges

 

IMG_20150117_142051.jpg

si votre technique est à l'huile:

 

vos flacons de médium

tubes de peinture à huile

huile + sansodor+ vernis dammar

 

IMG_20150116_170620.jpg

dessin au crayon graffite sur panneau enduit de colle de peaux

verdalo.jpg

 Verdaccio placé avec des tonalités différentes sur l'ensemble du tableau

verdacciolo01.jpg

et l'effacer aux endroits de lumière.

 

L'esquisse et le verdaccio

verdaccio.jpg

 

L'ébauche était faite à la tempéra à l’œuf. C’est-à-dire que la première couche de peinture se faisait avec une peinture ayant l’œuf comme liant. Mais cela jusqu’au XVe siècle car avec l’arrivée de la peinture à l’huile l’ébauche était exécuté par un vernis léger mélangé avec de l’essence. La manière de procéder était toujours la même, en grisaille dégradé, sans rajout de blanc car ils l’obtenaient par transparence du fond. Comme à l’aquarelle. Le ton de base de cette grisaille s’appelle le Verdaccio, mélange d’ocre jaune, noir, brun Vandijk et terre verte. Parfois à la place de la terre verte, on trouve de l’ocre rouge. La terre verte était utilisée comme ombre pour les chairs. L’esquisse était légère mais aussi précise que possible. Le peintre partait du fond du sujet (paysage, architecture, vêtement) en terminant par les chairs (visages, mains). De de fait, on termine toujours par les détails les plus importants.

 

Le verdaccio, grisaille verdâtre supporte les tons chairs avec délicatesse.

Voici un travail contemporain autour de cette technique:

techstep_beccasun06img.jpg

verdaccio01.jpg

Hyperréalisme à la manière des anciens:

en un CLIC

 

 

Etape suivante:

Lorsque cette grisaille ou ce verdaccio sont bien secs, l’exécution en couleur peut se faire.

21:30 Écrit par L'atelier Peinture | Lien permanent |  Facebook |

13/01/2015

Vivre une technique, échanger et rencontrer

 L'académie des Beaux-arts de NAMUR vous propose  pour la 3ème année

LES SEMAINES DE TRANSVERSALITE


du 09 février au 04 avril 2015

aaaaaa.jpg


Durant 4 semaines, avec  "LE CARRE" comme fil conducteur, aborder d'autres disciplines que d'habitude, dans d'autres ateliers, avec d'autres professeurs.

bbbbbbbbbbbbbbb.jpg



Vous êtes intéressé ?  Renseignez-vous auprès de votre professeur ou au secrétariat.

Attention ! Les inscriptions sont limitées.

cccccccccccccc.jpg



Le secrétariat de Namur:

tel: 081/25.51.58

21:32 Écrit par L'atelier Peinture | Lien permanent |  Facebook |

Mise en place de vos compositions

L'esquisse et le verdaccio

verdaccio.jpg

 

L'ébauche était faite à la tempéra à l’œuf. C’est-à-dire que la première couche de peinture se faisait avec une peinture ayant l’œuf comme liant. Mais cela jusqu’au XVe siècle car avec l’arrivée de la peinture à l’huile l’ébauche était exécuté par un vernis léger mélangé avec de l’essence. La manière de procéder était toujours la même, en grisaille dégradé, sans rajout de blanc car ils l’obtenaient par transparence du fond. Comme à l’aquarelle. Le ton de base de cette grisaille s’appelle le Verdaccio, mélange d’ocre jaune, noir, brun Vandijk et terre verte. Parfois à la place de la terre verte, on trouve de l’ocre rouge. La terre verte était utilisée comme ombre pour les chairs. L’esquisse était légère mais aussi précise que possible. Le peintre partait du fond du sujet (paysage, architecture, vêtement) en terminant par les chairs (visages, mains). De de fait, on termine toujours par les détails les plus importants.

 

Le verdaccio, grisaille verdâtre supporte les tons chairs avec délicatesse.

Voici un travail contemporain autour de cette technique:

techstep_beccasun06img.jpg

verdaccio01.jpg

 

 

Etape suivante:

Lorsque cette grisaille ou ce verdaccio sont bien secs, l’exécution en couleur peut se faire.

21:21 Écrit par L'atelier Peinture | Lien permanent |  Facebook |